le Ministre de l’Energie, Cheick Taliby, se prononce sur la desserte électrique pour la période d’étiage qui arrive à grand pas

En prélude au prochain étiage en République de Guinée, le ministre de l’Energie et de l’hydraulique, Dr. Cheick Taliby Sylla a rencontré dans son département certains médias de la place hier, mardi 07 novembre 2017, pour expliquer les efforts fournis par le gouvernement pour améliorer la desserte en électricité et les dispositions à prendre pendant cette période dans notre pays.

Souvent, en République de Guinée, le ministère de l’Energie et de l’Hydraulique, à travers l’administration générale de l’électricité de Guinée (EDG) est confronté à d’énormes difficultés pendant la saison sèche pour fournir du courant électrique à la population.

Pour éviter d’autres interprétations pendant la période d’étiage dans notre pays qui doit démarrer le 15 novembre 2017 pour prendre fin au mois de juillet prochain, Dr. Cheick Taliby Sylla, ministre de l’Energie et de l’Hydraulique est d’abord revenu sur le fonctionnement du barrage Kaléta.

« Kaléta est un barrage au fil de l’eau. Donc, pendant la saison pluvieuse, avec tous les apports au niveau des fleuves, au niveau des eaux de pluies tombant dans le bassin, il y aura suffisamment d’eau pour produire la puissance installée d’énergie. Chaque tribune a besoin de 580 m3 d’eau/ seconde. Au total, il y a 3 tribunes à Kaléta de 80 mW chacune et les 3 font 240 mégawatts. C’est pourquoi, pendant la saison des pluies, il y a le courant 24h/24, sauf dans les localités qui sont en panne », a expliqué monsieur le ministre.

Sur les difficultés liées à la desserte en électricité pendant la période d’étiage, le ministre a donné quelques précisions : « pendant la saison sèche ou d’étiage, il y a une diminution des apports d’eau qui arrivent dans les barrages ; et, immédiatement, le plan d’eau va baisser dans les barrages. La côte du système métrique de Konkouré à Kaléta, c’est 110 m. Quand il pleut beaucoup, la côte dépasse 110,5m ; et, il y aura déversements d’eau immédiatement. Pendant l’étiage donc, le combat c’est de maintenir la côte à 109,5 ou à 108,5 pour ne pas perdre une quantité d’eau. Parce que toute quantité d’eau perdue pendant l’étiage est une perte d’énergie. Au moment où la quantité d’eau n’est pas suffisante, il y a une exploitation d’eau coordonnée du barrage de Garafiri qui a une retenue importante. En ce moment, c’est le barrage de Garafiri qui alimente Kaléta. Vous allez constater que pendant cette période, le niveau d’eau ayant baissé, le productif de Kaléta, de ces barrage, va baisser. Garafiri va se retrouver à 40 mW et Kaléta à une moyenne de 60. Donc, les 2 barrages vont produire 100 mégawatts. Pour compenser ces pertes, il faut donc mettre en marches les centrales thermiques pour avoir les 200 à 250mW d’énergie thermique », a expliqué Dr. Cheick Taliby Sylla.

Enfin, le patron du département de l’Energie et de l’Hydraulique a lancé un appel à la population pour accomplir leur acte civique. « Pendant cet étiage, les groupes fonctionnent au mazout. Ce mazout-là est acheté à l’extérieur. Aujourd’hui, le coût de production, le tarif, ne couvre pas le coût d’exploitation de ces centrales et tout EDG. Quand on regarde le commerciale à EDG, il y a beaucoup de clients qui sont facturés qui ne payent pas leur facture. Il y a beaucoup également qui consomment le courant sans abonnement, il y a d’autres même qui contournent leur compteur ; donc, tout un système de fraude. Si toutefois, chacun comprenait les efforts que le gouvernement fait comme subvention pour pouvoir aider à ce que même pendant l’étiage pour que la population puisse avoir l’électricité, je pense que chacun devrait avoir une prise de conscience pour venir vers EDG pour s’abonner. Prendre l’abonnement, payer les factures, c’est un acte citoyen. C’est une façon de contribuer à aider EDG pour mieux donner le courant aux guinéens », a réitéré le ministre Taliby Sylla.

Cellule de communication du Département

Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *