Ebola: des détournements de fonds importants signalés par la croix rouge

La Croix-Rouge a révélé que plus de 5 millions d’euros avaient été détournés en Afrique de l’Ouest, avec la complicité

de ses employés, à partir des fonds versés pour lutter contre l’épidémie d’Ebola entre 2014 et 2016. Des enquêtes sont encore en cours pour découvrir l’ampleur des méfaits. La fédération s’est dit scandalisée par ces agissements et promet que tout sera fait pour récupérer les fonds volés et punir les coupables. L’effort de transparence dont elle a fait preuve est inhabituel.

La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a découvert toute une série de malversations : surfacturations, détournements liés aux primes, au dédouanement de marchandises, fraudes bancaires. Guinée, Liberia, Sierra Leone : aucun de ces terrains d’intervention n’est épargné.

Pourquoi cet effort de transparence ? Le docteur Jemilah Mahmood, sous-secrétaire général en charge des partenariats, explique : « Ce qu’on a fait, c’est suivre les recommandations d’organisations comme Transparency international et de partager les résultats de nos enquêtes. On espère que ça va inspirer d’autres organisations. En tout cas, on avait besoin d’apprendre de nos erreurs. »

La FICR a réfléchi à toute une série de mesures pour limiter les détournements à l’avenir : déployer des experts au niveau local pour contrôler la gestion des opérations, voire engager des agences spécialisées dans l’évaluation des risques, mettre en place des formations pour les employés locaux et internationaux, limiter aussi la durée des missions de chaque agent pour éviter la création de réseaux de détournement bien installés.

Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *